INSCRIPTIONS AUX ACTIVITES

PARTENARIAT 2019-2020

Une équipe de 7 coureurs et coureuses de Bussy Running s'engage sur le Marathon des sables 2020 afin de récolter des fonds pour l'association "Vaincre la Mucoviscidose"

Plus d'information ici

4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 00:00

Bonjour les sportifs,

 

Nous voici en passe d’entrer dans le vif du sujet de notre grande aventure « Nutrition et Santé».

 

Et tout d’abord, à tout seigneur, tout honneur : LE SUCRE

 

Ce glucose est  en fait stocké sous forme de glycogène dans le foie et surtout les muscles et représente le carburant essentiel pour l’effort sportif.

 

Il a d’énormes vertus, non seulement pour nos muscles, mais aussi pour le métabolisme de toutes nos cellules, en particulier de notre cerveau (même les sportifs en ont un !).  Aucun être humain ne pourrait  se passer de cette molécule et chaque forme d’activité en requiert de grandes quantités.

 

Des études ont montré que cette petite molécule est le meilleur substrat énergétique requis par l’organisme pour atteindre ses meilleures performances au cours d’un effort d’endurance. Donc, point de besoin de tous les produits annexes qui peuvent vous être ventés par les marchands de rêve… Des sucres rapides, des féculents (sucres lents) et une recharge en glucose en cours d’effort,  un point c’est tout.

 

Cependant, il faut y regarder de plus près, car ce serait trop simple : on se charge en sucre, même au-delà de ses besoins et on est sûr de performer !

 

Malheureusement, le métabolisme ne fonctionne pas tout à fait comme cela : d’autres études tout aussi sérieuses ont montré les graves effets délétères de cette molécule miraculeuse. C’est surtout l’insuline qui fait des dégâts. Elle aussi est une molécule indispensable à la vie – c’est elle qui manque aux diabétiques ; mais elle induit plusieurs effets négatifs.

 

Tout d’abord, sécrétée en grande quantité (quand on absorbe beaucoup de sucre rapide), elle entraîne un stockage du sucre dans les cellules sous forme de graisse, elle peut donc entraîner rapidement une prise de poids par l’accumulation de ces graisses.

 

Par ailleurs, elle entraîne une inflammation au sein de l’organisme et surtout stimule la croissance cellulaire. Et qui dit inflammation +croissance cellulaire dit hélas : Cancer…

   

     

Des études documentées ont bien montré que notre consommation de sucre a fait un bon énorme depuis 2 siècles : elle a été multipliée par vingt environ  en France et par 35 aux Etats Unis !

 

 

 

Et le cancer adore le sucre !...

 

Tous les produits raffinés que nous absorbons : sucres, farines blanches, font monter le taux de glucose dans le sang et donc d’insuline qui favorise la croissance des cellules.

 

Y a-t-il une corrélation entre cet effet néfaste et la flambée du nombre de cancers depuis quelques décennies dans les populations occidentales ? On peut poser la question.

 

Quant à l’épidémie d’obésité qui touche ces mêmes populations industrialisées,  l’évidence est de mise, elle est directement en parallèle de cette consommation accrue (avec les matières grasses bien sûr, qui nous occuperont au cours d’un autre chapitre).

 

 Comment remplacer le sucre ?

 

Premier point : ne pas se ruer sur les édulcorants de synthèse (Aspartame, Saccharine, Cyclamate…) qui ont également été soupçonnés d’effets secondaires (Etudes en cours).  

 

Peut-être les nouveaux sucres naturels issus des plantes : d’abord le fructose  (extrait des fruits), et aussi la Stevia, le sirop d’Agave (qui a une valeur calorique non négligeable), le miel d’Acacia, le sucre de Coco et le Xylitol (extrait du bouleau) : ils ont pour vertu,  d’avoir un index glycémique plus bas que le sucre, donc moins de déclenchement de cette fameuse sécrétion d’insuline… Ils ont un pouvoir sucrant plus élevé, ce qui implique une consommation en moindre quantité pour un goût identique… il faut veiller cependant à ne pas en abuser non plus.

 

Probablement dans les années à venir, les recherches permettront de découvrir encore d’autres produits de remplacement de la canne à sucre, non nocifs et peu caloriques.

 

On a aussi constaté qu’il vaut mieux : manger des pains composés de multicéréales afin de ralentir l’absorption des sucres rapides du blé et manger des féculents complets plutôt que trop raffinés car ils ont un index glycémique plus élevé.

 

En conclusion : le sucre oui, si vous le dépensez aux entraînements et aux compétitions, mais sans excès le reste du temps !!!

 

Et on n’oublie pas non plus de se faire plaisir de temps en temps …

 

On mange quoi comme dessert ce soir ?

 

commentaires

L'étrusque 06/03/2012 22:26

Merci pour ces conseils. Le dessert de ce soir ? Ben... Comme chaque soir, un Millefeuilles ou un Paris-Brest...au fait lequel est meilleur pour la course à pied ?

mimi girl 05/03/2012 13:46

merci Suzy pour toutes ces infos (nouvelles) ou piqures de rappel ! je pense que je vais définitivement arrêter les bonbons, mais sûrement pas le chocolat (noir de cacao bien-sûr).

Lorenza 04/03/2012 23:52

Donc, la part de gateau proposée par Martine ce matin, on l'avait méritée juste avant, en courant, YES !
Très intéressant, Suzy. A la maison, on a du sirop d'agave, on est donc en bonne voie !