16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 18:40

Cross de Coulommiers

Départ de Jazy annoncé à 8h00, j’attends avec Thierry M. Voilà Thierry D. à 8h 00 ?! Incroyable, personne n’avait dit qu’il neigerait aujourd’hui ! Par contre, pas de Philippe … à 8h 01, un message. C’est lui ? Non, c’est Christelle qui me demande de prévoir une « bafouille » pour raconter cette sortie. Ah bon ? Je ne raconte pas assez de bêtises sur le rtt-blog ? Mais qui peut résister à Kiki ? Pas moi, la preuve, c’est que vous êtes en train de me lire !

A 8h 07, nous partons… sans Philippe … qui nous dira plus tard par mail qu’il a vu partir la voiture, tout surpris. Mais c’est que Coulommiers est loin, qu’il faut récupérer les dossards et qu’il fait froid. Et quand on est V2, l’échauffement est long … bien sûr, après, c’est l’endurance garantie, le tempo parfait, le rythme maitrisé pour un finish éblouissant … n’est-ce pas, Mesdames ?  

Et tout ça sans le thé au gingembre de Thierry (aujourd’hui, c’était jasmin, c’est bon, mais c’est pas pareil …)

Et puis, toujours le dilemne : pointes ou trails, et si pointes, quelle longueur ? Et pour le haut, débardeur ? Celui du club, oui, bien sûr, mais dessous ? Manches courtes, manches longues ? Bonnet ? Gants ? 10 ans de cross et toujours comme des poussins. Pour ma part, je ne me pose plus ces questions : un cross, c’est avec des pointes et un débardeur, point final ! Si j’ai froid, je n’ai qu’à courir plus vite !

On laisse nos sacs sous la tente du BSGA qui  a gentiment accepté de les prendre en consigne le temps de la course ; on retrouve les copains ex-équipiers, c’est sympa.

Bref, nous nous retrouvons à 3 au départ à 9h 45. Traversée à fond  du terrain de rugby pour ne pas se retrouver coincés dans le goulet, et c’est parti pour 3 tours du parc des Capucins, dans l’herbe encore gelée, avec quelques buttes pas méchantes à avaler. Ce n’est pas technique, mais ça va vite ! On retrouve encore les copains, mais pas les mêmes … ceux qui tous les ans se côtoient autour des mêmes chronos. C’est rassurant, on a toujours la patate. Ou on vieillit tous, c’est rassurant de toute façon.

Que dire de la course en elle-même ? On connaît par cœur le cross de Coulommiers, c’est très bien organisé, mais ça n’est pas le plus beau de Seine et Marne : un peu trop plat, rectiligne et roulant pour satisfaire les vrais amateurs de cross. Mais l’ambiance (même si nos couleurs ne sont pas encore très connues, alors pour les encouragements, c’est léger) et le beau temps en font quand même un très bon moment.

Les objectifs affichés étaient variés : être dans les 102 premiers vétérans pour être « potentiellement » qualifiés pour les Régionaux, faire une  grosse séance de VMA et/ou juste parce que « c’est que du bonheur (ou du plaisir, ou les 2, je ne sais plus).

Au final, objectifs multiples atteints … que demander de plus ?

… Qu’il fasse aussi beau la semaine prochaine à Moussy, où nous devrions être beaucoup plus nombreux en « gris et framboise ».

Le Chev'


   RESULTATS DES LICENCIES BUSSY RUNNING

 

 RESULTATS COMPLETS

14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 14:45

VOIR VINCENNES ET COURIR…

Dimanche 11 décembre

7 h 45, gare de Bussy :

La gare grouille de monde : ce sont les coureurs de Bussy Running qui se regroupent, se saluent, se bisouillent, se grouillent de descendre sur le quai pour prendre le RER direction Vincennes. Tout le monde est en forme, les hommes sont bien réveillés ( n’est-ce pas Laurent ? ), fraîchement rasés ( hein Michel ? ), les femmes ont mis leurs plus beaux dessous ( pas vrai Isabelle ? ) Bref, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et puis, il y a le thé de Thierry qui nous réchauffe …

7 h 53 :

Tout le monde s’engouffre dans la rame et c’est la fin de la nuit pour les autres voyageurs…

7 h 57 :

Gare de Torcy : Marie-Jo embarque à son tour !

8 h 30 : Nous arrivons près de la ligne de départ, un peu en avance … Ce n’est pas grave, on s’échauffe, on fait pipi, on met le maillot à manches longues, non, à manches courtes et puis non, tout compte fait, on enlève le caleçon long et on remet le court. On montre son joli soutien-gorge rose ( hé oui, les gars, fallait pas partir courir pile à ce moment-là ! ) Le commentateur est un poète alors, on l’écoute … Enfin, on écoute surtout les coachs qui font faire un petit tour de chauffe : footing, accélérations, montées de genoux …

9h 10 : Bon, il reste tout de même une petite heure à occuper alors, qu’est-ce qu’on fait ? On parle de la météo, du paysage ? Ok, on a le temps … C’est le premier véritable matin d’hiver, on a le bout du nez gelé, le bout des doigts aussi. La jolie clairière du bois de Vincennes est léchée par des langues de brume, on dirait des clichés de David Hamilton, c’est très romantique. On attend que le soleil perce mais ses rayons sont paresseux, on est dimanche, le soleil fait la grasse matinée ( pas sportif pour deux sous, celui-là ). Finalement, il pointe le bout de ses rayons, réalise qu’il fait froid et décide de se recoucher. Le givre a déposé sa poussière blanche sur les branches… ( hé, ho, Lolo, c’est pas le moment, là, c’est bientôt le départ, abrège ! )

10h 10 : C’est le départ pour Patrick, Jean-François et Marguerite ( non, pas Marguerite, reste avec nous Margot! )

10h 15 : Tous les Bussyrunniens s’élancent dans la bonne humeur, avec leur beau sourire et leur beau maillot ! ça y est, Laurent est réveillé …

10h 20 : Laurence et Bubu rejoignent leur poste d’observation et c’est parti !

10h 40 : Eric passe, tel un chevalier …

10 h 40 : Hervé le talonne …

10 h 42 : Patrick et Jean-François…

10h44 : Gilou…

10h45 : Laurent …

Et puis Thierry, Rodolphe, Marie - Lise, Myriam … Stop ! ça va trop vite ! Bubu et Lolo se relaient pour prendre les photos et pour encourager : Laurence acclame, Bubu hihanne ( oui, oui, les ours, ça hihanne ! ) C’est qu’il faut faire vite et puis, il y a deux tours. Ça passe vite, finalement,10 km, quand on est au bord de la route : deux petits tours et puis c’est l’arrivée !

11H 15 :

Tout le monde est arrivé : les chronos sont bons, les mines réjouies, les maillots trempés ( c’est bon signe ). Et puis, trois filles sont sur le podium !

«  Elles sont venues, elles sont toutes là elles ont bien couru, les nana a-a-as ! »   

Ok, ok, je délire un peu mais, comprenez-moi, il faisait froid, alors, Bubu s’est transformé en Saint Bernard et j’ai vidé son petit tonneau … Hips !

Vive vous tous, un grand BRAVO ! Hiha !

Lorenza, reporter spéciale ( heu …. Très spéciale, hips ! )

 

    14 - VINCENNES 14 - VINCENNES

 

   RESULTATS DES LICENCIES BUSSY RUNNING

 

 RESULTATS COMPLETS

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 21:52

  16-COUPVRAY 4604

Pour le cross à Coupvray, c'était tout simplement FORMIDABLE.
Notre départ groupé du gymnase en fanfare puis notre soutien mutuel a permi de chauffer l'ambiance.
Nous avons effectué une reconnaissance du parcours tout en trottinant et ainsi faciliter la mémorisation du circuit. Le terrain en sous bois est trés agréable. Peu difficile, il comporte malgré tout 2 côtes et qqs faux plats à franchir en 2 boucles. Le sol est humide par endroit, recouvert de feuilles mortes. Des chaussures de cross avec petites pointes (du 9) sont conseillés. Le port de chaussure de trail pour certains n'a pas été un handicap. Nous avons, dans un premier temps, encouragé les garçons durant leur 9300m, pour ensuite se consacrer qu'à nous, les filles.
Nous avons réalisé nos gammes (talons fesses, accélérations...) juste 8' avant le départ de notre cross. Nous étions prêtes pour le grand saut. Nous étions nombreuses car les filles du club "dont on ne doit pas dire le nom" étaient aussi présentes.
Nous avons abordé ce cross comme une vraie séance "et même encore plus" nous révèle Cathy. Quelle guerrière cette fille là.

16-COUPVRAY 4829

Les filles ont été FORMIDABLES ! Elles ont investi le parcours comme des gazelles et n'ont rien lâché jusqu'à l'arrivée ou nous attendait une jolie rose ainsi qu'un tissu violine pour nettoyer certainement la voiture.
Les retrouvailles avec gros échanges auprès de nos copains-copines BR, les photos de groupe par nos photographes préférés ainsi qu'une boisson chaude n'étaient que du bonheur. Le classement final des cross nous rappelle qu'il faut encore montrer notre beau maillot aux autres Club. Chouette alors !

3 athlètes BR se sont distingués, Le chev 1er V2, Le coach 3ème V2 et Marie-Lise 2ème V1

C'est avec plein de beaux souvenirs que nous rentrons ensemble sur Bussy.

Marie-Lise

16 - COUPVRAY 16 - COUPVRAY

 

RESULTATS DES LICENCIES BUSSY RUNNING

 

 RESULTATS COMPLETS

27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 07:32
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 11:13

      SNT 9279

Quelques nouvelles de la course BEHOBIE - SAN-SEBASTIAN (47ème édition).

Départ de la course à 11h10, après les fauteuils roulants et hand bike (10h30) les rollers (10h40) et les 1ers coureurs (11h00).

Chaude ambiance (25.000 participants, soit 3.000 de + que l'an passé), sous un soleil radieux (contre une grosse grosse pluie en 2010).

Une foule incroyable, tout le long des 20 kms, qui crie "Benga - benga" à tout va.

De quoi vous booster les mollets, et il va falloir en avoir, car les côtes sont raides. On est pas dans la côte des Gardes, mais cela grimpe sec pendant près de 1,5 km.

Dès le départ, Gilou (alias JF.) se place devant Patrick et moi.

1er ravito au 3ème km. Il arrive tellement tôt sur le parcours qu'on le voit trop tard et qu'on le loupe. C'est pas grave, à raison d'un ravito tous les 3 ou 4 kms, cela laisse de la marge.

Passé la 1ère grande difficulté, je croyais (selon les dires de Patrick) que c'était qu'une longue descente. Que nenni, nenni, cela remonte rapidement.

L'ami Patrick, qui l'année dernière avait pété le chrono et fait moins de 1h30 (en partant dans le sas des 1h50 et en finissant pour autant 1er de sa catégorie ) s'aperçoit que cette année il y a de la côte. Comme quoi les années se suivent mais ne se ressemblent pas !

Faut dire que l'an passé, il était guidé par un vrai guide (celui du Marathon des Sables) et pas une chèvre qui s'arrête à tous les ravito pour boire un gobelet et s'en jeter un derrière la casquette (au sens littéral du terme).

La fatigue se fait sentir. Devant JF et JP, son DV (déficient visuel) prennent le large. On ne les voit plus au loin.

La seconde grosse côte du 16ème arrive. On la grimpe tant bien que mal (surtout moi) et on entame la descente.

Quelques coups de klaxon dans la descente (mais mon espagnol a fondu au soleil - 23 degrés à midi, et je ne sais plus comment on dit "Poussez-vous" en spanich). On double tant bien que mal.

Au 18ème, pas d'arrêt au stand. Toujours pas de JF à l'horizon.

Plus que 2 bornes pour tenter de le rattraper. Mais peine perdue, le sprint final n'aura pas suffit, les 2 compères finissent 15' (soit 50 m environ) devant nous et prennent ainsi la 3ème place sur le podium.
JF et JP finiront en 1h38'26 et Patrick et moi en 1h38'42.

Les autres DV arrivent peu à peu, par grappe de 2 (bizarre cette manie ...).

L'association AVH (si vous ne connaissez pas allez voir sur le site...) est toutefois bien représentée face aux Espagnols, avec Franck (1er DV, qui franchit la ligne en 1h27 et qq secondes).

Après ces émotions, retour à Behobie, pour une bonne douche, un repas à l'heure espagnole (début du repas vers 15h45) et remise des prix à tous les participants Handisports à l'arrache, juste avant de reprendre le taxi pour Hendaye.

Quoi qu'il en soit, ce fut un week-end super sympa, avec :
- un temps de ouf,
- des tapas le samedi midi dans une ambiance espagnole survoltée,
- une baignade en caleçon un 12 novembre (pas sûr de pouvoir le refaire avant longtemps),
- une course certes difficile, mais avec un nombre d'afficionados que l'on ne verra jamais en aussi grand nombre sur le Marathon de Paris,
- une entraide et une amitié entre tous les guides et leur DV (près de 15 binômes AVH avaient le déplacement) qui font chaud au coeur et donnent encore plus l'envie de partager d'autres courses,

- et, cerise sur le gâteau, vendredi soir Patrick et moi on a eu le privilège de dîner avec Joël JANNOT (double champion olympique en fauteuil roulant en 2000 et 2004, champion du Monde (je ne sais pas si je dois mettre un S à champion), champion de France et 5 fois vainqueurs du Marathon de Paris (et 5 fois 2ème !).

Bref une super pointure et un tour de bras à faire pâlir les culturistes, qui pour sa 1ère participation en handi bike (fauteuil avec pédalier à main)
a mis la barre un peu haute (voire très basse) avec un chrono de 35 mn et quelques secondes (cela dit il était déjà détenteur du record en fauteuil en 46 mn) !

Bref un super week-end où tout était réuni pour en garder un super souvenir.

De votre envoyé spécial en direct du TGV du retour.

Thierry