8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 06:31
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 15:40

 news 2907 depart

Par un temps ensoleillé, ce matin vous étiez plus de 650 coureurs à prendre le départ du premier semi-marathon du Val d'Europe. Un véritable succès pour cette première édition ! 

 

Découvrez le classement du 1er semi-marathon du Val d'Europe
Bravo à tous!

 

02-10-2011 - Résultats Semi SAN VAL D'EUROPE 02-10-2011 - Résultats Semi SAN VAL D'EUROPE

 

SANSEMI scratch - Copie 398 SANSEMI scratch - Copie 398

 

30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 21:05

 

 

bubuBonjour,

Je m’appelle Bubu et je suis un ours.

Le week-end dernier, je suis allé à Berlin. Un ours à Berlin, me direz-vous, cela n’a rien d’original. Il y en a plein les rues, des ours, à Berlin : des ours immenses, alignés sur les trottoirs des grandes avenues, de toutes les couleurs.

DSC00748

 

Mais moi, je venais de France et durant toute la première partie du séjour, j’étais un clandestin, caché dans un sac plastique, au fond de la valise de Myriam. Depuis ma cachette, je n’ai pas vu grand-chose mais j’ai tout entendu  et je peux vous dire qu’il y avait une sacrée ambiance !

Avant la course, ils étaient tous excités comme des puces. Moi, je suis resté bien tranquillement dans la chambre des trois Grâces (Marguerite, Myriam et Chantal) mais j’ai eu droit au récit détaillé de la journée quand les filles sont rentrées :le soleil qui brillait, les restaurants où ils se sont tous gavés de pâtes, la bière qui coulait ( presque ) à flot, le retrait des dossards… Je croyais bien naïvement qu’en cette veille de marathon,  les filles allaient vite éteindre la lumière mais non ! Elles ont fait les folles, les trois Grâces !

Demandez donc à leurs voisins de chambre : à Françoise et Bernard, à Suzy et Rodolphe, ils pourront tous vous le confirmer ! Et vas-y que je te pousse de cris de guerrières «  Hiha ! », que je te répète la danse tribale de Bussy Running (une sorte de Haka made in France). Bon, tout ce petit monde a tout de même fini par s’endormir car le réveil sonnait très tôt.

Le dimanche ? J’ai eu la paix toute la journée ! C’est qu’ils en ont mis du temps pour les parcourir, ces fameux 42, 195 km !  J’ai attendu bien sagement mon heure de gloire, (parce que j’ai connu mon heure de gloire, oui, oui, patience, je vous raconterai plus tard …) au calme dans la chambre.

Pendant ce temps-là, ils ont couru et je pense que mes trois copines de chambre ont dû, enfin, se taire ! Sauf Myriam et Christelle qui ont accompagné Catherine, Laurence et Béatrice  à partir du km 27 et qui n’ont pas arrêté de papoter pour leur tenir compagnie et les soutenir (jolie performance !).

Du marathon, que dire ? Que le record du monde a été battu ? Mais non, il y a beaucoup plus important ! On se souviendra de la superbe course de Chantal ( hiha ! Même pas mal ! ) et de Roland, oups ! Rodolphe, du parcours roland oups ! roulant dans Berlin ruisselant de soleil, de l’émotion difficilement contenue au moment du départ, de l’ambiance (orchestres, danseuses, acclamations du public), des accompagnateurs-groupies du groupe ( Catherine, Anaïs, Laurent, Bernard) qui n’ont pas hésité à sillonner Berlin en tous sens pour encourager leurs coureurs et prendre de belles photos, de la joie de chacun et de tous à leur retour à l’hôtel…

DSC01561

Le dimanche s’est terminé au bar de l’hôtel et au restaurant et c’est le moment que Myriam a choisi pour me faire sortir de l’ombre, alors, tout ce qui suit, je l’ai vu, de mes yeux vu, et je l’ai entendu ! En fait, j’étais une surprise, un cadeau, le lot offert à celui ou celle qui remporterait le quizz que Myriam avait concocté pour tous les participants ( je pourrais vous dire combien mesure Patrick, la pointure de Claudio, le dessert préféré de Marguerite mais …. Je ne vous le dirai pas). Comme ils ont tous triché, c’est la meilleure coureuse ( Chantal )  qui est devenue ma maîtresse et je suis enfin sorti de mon sac en plastique … Quel accueil !

Pour le reste du séjour, je suis passé de bras en bras, du sac à dos de Patrick au giron d’Isabelle, ma super nounou et puis, j’ai dormi dans le lit de Chantal. On m’a papouillé, bichonné, j’ai été le témoin privilégié de l’après-course : le soulagement de Gilbert lorsqu’il a su que Laurence était allée ( un peu ) moins vite que lui, les crampes de Laurent, la jolie robe de Françoise, la joie de notre coach Michel qui a su surmonter sa déception et se réjouir du succès de son équipe, la super soirée choucroute-saucisse-méga-jarret-de-porc-goulasch-et-bière-à-volonté …

DSC00827  DSC00831

 

Voilà, je suis devenu la mascotte de Bussy Running.

 

( j’ai le super maillot, pas vous ? ) Le lendemain, je suis monté à bord du bus panoramique pour découvrir Berlin, je suis monté à bord de l’avion.

Je suis Bubu, l’ours le plus choyé du monde et je ne m’ennuie pas une minute ! Chantal m’emmène partout, à l’école, au restaurant et puis, elle me prête : tiens, en ce moment, je suis chez Lulu. Bubu chez Lulu, tout un programme, non ?

En tous  cas, pour ceux qui hésiteraient encore, les week-ends Bussy Running, c’est sportif …. Festif, gastronomique et qu’est-ce qu’on rigole ! A bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Je vous embrasse tous

 

Bubu  

 

      RESULTATS MARATHON DE BERLIN 2011 RESULTATS MARATHON DE BERLIN 2011

BERLIN 2011 BERLIN 2011  

 

28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 11:00

RESULTATS DES LICENCIES BUSSY RUNNING

 

RESULTATS COMPLETS

 

 

Quelques lignes pour évoquer notre fabuleux week-end à Laval : 

Samedi 11h35, gare TGV Val d'Europe, nous embarquons Marie Josée et moi. Au passage à remarquer que nous avons pu faire une grasse matinée!  

Pendant le trajet nous avons fait l'exégèse du Règlement Intérieur de Bussy Running, et nous sommes attardées sur la notion de bonnes moeurs. Sur quels critères un club dont les membres masculins s'échauffent dès qu'ils voient un petit bois et dont le maillot est transparente à souhait peut -il définir les bonnes moeurs ?  

Deux heures plus tard arrivée dans la ville palindrome sous le soleil précisément. Nous marchons vers l'hôtel qui nous accueillera : Best Western 3 étoiles à prix marathonien, ça vaut le coup avec en plus des chambres mises à disposition pour prendre la douche après le marathon, ils ont l'habitude, ils assurent.  

Dimanche matin 7h10 dans la petite fraicheur matinale et la nuit nous rejoignons le car (5minutes à pied) qui nous emmènera à Mayenne pour le départ. Le coordonnateur nous met tout de suite dans l'ambiance, pas question de faire une performance mais le bonheur est assuré. Dans le car des candidats aux allures de champions discutent de leurs précédents exploits. Nous sentons alors notre degré d'amateurisme. Le jour se lève progressivement dégageant des nappes de brume en suspension. 

Arrivée à Mayenne, nous profitons du temps qu'il nous reste pour visiter le château, nous dévêtir et étaler la crème solaire (il fait 9°). Entre temps on fait un peu de publicité pour le club.

 

9H le départ, deux boucles dans Mayenne de 3,5kms , deux fois la côte mais on est en forme et les jambes sont souples, tout va bien, nous sommes heureuses de courir le jour des virades de l'espoir. Ensuite nous gagnons le halage qui serpentera le long de la Mayenne jusqu'à Laval, soit 33kms de merveilles authentiques. L'ombre des arbres pénètre l'étendue d'eau, les noisettes plongent en cadence, les roches (et oui il y a des roches et de l'escalade potentielle) tranchent de leurs teintes claires sur le foisonnement des verts et ocres. Les vaches sont rousses avec les cornes aiguisées, les coureurs sont sympathiques, les ravitaillements parfaits, des supporters à chaque écluse. Nous passons le semi en 2heures 14 minutes ce qui nous va bien.

 

La deuxième partie est un peu plus dure, j'ai la cuisse droite contracturée, la chaleur monte sur le sentier, parfois les arbres ne donnent pas l'ombre espérée mais nous tenons. Marie Jo me surveille, nous ne sommes jamais bien loin l'une de l'autre. Cela commence à tirer dur, il reste 12 kms puis 10 puis 8 les jambes souffrent mais le coeur est vaillant et la tête pleine de la lumière qui nous environne. 5 kms avant la fin un lutin surgit à nos côtés. C'est le père de Marie Josée qui a fait la route depuis Nantes pour nous aider à finir, il courre à nos côtés, une vraie chance, cela nous bouste un peu. 40kms après le départ nous entrons dans Laval, plus une ombre, il est 13h 33 nous sommes sur un faux plat qui monte mais on sent la victoire, notre victoire. 41kms Etienne, le papa de Marie Josée nous lâche, 1 kms 200 à tenir on monte, on passe le pont ancien bossu et pavé, une petite descente et de nouveau une côte légère et courte et au bout l'arrivée, on passe en 4h44minutes ensemble.

La suite ..........une douche......et une bière bien sûr .

J'ai passé la visite de Laval (où les troquets s'appellent "chez Martine") et la pasta partie dans une péniche au ras de l'eau..........je peux détailler si quelqu'un demande

Martine

27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 18:00

 

RESULTATS DES LICENCIES BUSSY RUNNING  

RESULTATS COMPLETS DE LA COURSE  

 ALBUM PHOTO

 

St Thibault 2011 - 1

Dimanche 25 septembre, le clan des 7 de la CCC est toujours en récup', le gros de la troupe est parti en grandes manoeuvres à Berlin, Richard à Millau (où il a fait 10h 44 sur le 100 bornes, chapeau !), il ne reste plus grand monde pour aller faire le "mannequin" et montrer notre beau maillot aux autres clubs seine-et-marnais.

 

Je rejoins donc à St Thibault les "régionnaux de l'étape", Kader et Thierry D. et profitons que Bruno passe avec son vélo (et surtout son appareil photo) pour faire une séance de pose non loin de l'arche (pendant l'arrivée du 5km ! ). Inutile de vous dire que nous ne sommes pas passés inaperçus. Pascal Pioppi au micro, ça n'a pas tardé : "hé, les gars ! qu'est-ce que vous faites ?". L'occasion est trop belle, et nous voici en train de raconter notre nouvelle vie : la naissance de Bussy Running, déjà 42 licenciés, notre beau maillot etc. etc.

 

Bon, c'est pas tout ça, mais il y a une course, quand même : 130 concurrents, il fait beau (un peu chaud, même). C'est parti, nous connaisons le parcours, pas tout à fait plat, des passages caillouteux, herbeux ... ce n'est un trail, bien sûr, mais pas tout à fait une course sur route pour "faire un chrono".

 

Et malgré ça, Thierry et Kader se font plaisir en faisant une bonne perf (on voit que Kader a fait de gros progrès et que Thierry a pu s'entrainer un peu).

 

Pour ma part, le chrono n'est pas terrible, mais la bonne surprise, c'est que je fais 2ème V2 ! C'est bien d'être vieux ... je veux dire ... un jeune V2.

 

Daniel qui passe par là avec Fabienne, Martine qui devient une vraie supportrice ... alors c'est parti pour une deuxième couche de pub pour Bussy Running ... sur le podium

 

On n'a peut-être pas de groupe "élite", mais on se marre bien ... CQV

 

Le Chev